Journal du Jeudi N°1197 du 28 août au 3 septembre 2014


TOUT LA MONDE AU LICOLE!
(à lire à haute voix)

Eh Wallaye, yen na le zens qui a toro biète mième quoi ! A lotre zour quand ze sontait pagti à le coumichariat pour poug sanzé mon cagte dentik-là, za vi ine palabre quoi, ine samogo que y la croyé qui latait plis malin que tout la monde. In pé solment on voulé poug le fegmé dans casso.
GoamaTi voye ce que y la fiète ? Y lè pirende ine billet de dimille faranc poug photocopier épi ligalisser, épi y la voulé poug séter le sosse aviec. Quand le coumegchant y la rifisser, y la narvé poug le farper épi belser son bousse. Quand on lè dimandé acondé pougkoi y lè fiète ça, y lè dite que cè sa fils qui a dite loui que quand ti as ligalissé kièlque sosse, cé comme que si cè son dorizinal. Cé acondé de poug ça que loui mième y lè fiète ça.
Ti voye coument que le samogo y la biète ? Asqué si cé coumça-là, nous tous on va possé ichi dans gwèlèya ? Epi mième cé kèl poulichier mième qui est cepter poug ligalisser ça mième ? Moi Goama za sir que c’est ine samogo oussi.
Mais tout cha-là que ti voye le zens y fiète-là, faut ti va vi que ce na pas lèr faute oussi. Si ton  lécole kalan y na pas pagti loin oh, yen na le sosse que ti na pouvé pas comprendi. Quand que on dite le zens de fait bantaaré, sakin y la coussé au labas que yen na pas le temp, yen na pas le temps. La monde de dimain-là, si ton zié y na pas voit noir, Ti as fouti solment.
Digagde mième à dépi au villasse, si dans ton misson, yen na pas ine kièlkin qui est conné lectirer ou bin écriver, tout ta sekiret y la deyors. Quand que ton liètre y vint, cé nenfant de ine lotre que ti va peler poug lectirer. Quand que ti voulé poug dimander inpé lagzent à ta névé que y la en ville, ti vas pélé nenfant de kièlkin y va crivé ça poug toi. Mième quand que ti est gagné mandat, tout la vilasse y la conné au courant.

Cé acondé poug ça que moi Goama ze na pas zouyé aviec lectirer épi écrivatire-là dèh ! Mais poug mon fouame Zalissa-là acondé pasqué za voulé conné tout sa sekiret, ze na pas dancord que y va fiète bantaaré.

Bonne sanse nous tous !