Journal du Jeudi N°1241 du 2 au 8 juillet 2015


POLONTIK DE KARIEME
(à lire à haute voix)

Comme que yen na le karième-là, moi Goama ze va pas vous paglé toro auzougdoui, acondé de pasqué ze na pas voulé poug casser mon bousse avant de lièr.
GoamaSinon  y a le soze que y me narve, mais coument ze va fété. On nè dite que quand que ti fiète karième, ti doive poug descendit ton kièr épi faite le pagdonnement à tout la monde. Et comme que moi Goama za voulé poug nété votre piersident, ze doive poug sarser le binidichion pagtou pagtou.
A lotre souar, on nè fiète in pitit déyinion de notre pagti le PTPBD-là, poug fait le organizachion poug coumacer le campagne de mon pièrsidenche-là. Cé là que Zounien la pitit de mon zami Boukar-Nonçair-là y la nous fait ine pitit conseillement, que comme que le gofnément y lè pirende le laloi poug que yen na plis le porpagande polontik à le raguio épi à le térévigion, on nè ka tendit in pé avant de poug coumacer.
Mais moi Goama za ine vié polontichien. En dépi la moument de Ouezzin Coulibaly aviec le Palé Welté où que yen navait RDA, PRA, MDV tout chala, nous on sontait conné coument poug faite de polontik enbas.
Donc à le fin de le déyinion, za dite à tout la monde que y na ka perventire tout la minitant, que ti yen na être missilman ou bin castolic ou bin merka, à tout le soir on va fiète le vitachion à le cabaret de Mado. Mon fouame Zalissa y va pierparer le moui-chinigal, Aviec le zoom koom poug ke on va minansser poug casser notre bousse ensemble. Mais faut pas que le bon missilman-là y va pèr, acondé pasqué on fiète cha dans ine cabaret. Moi za dimander à le nenfant de Mado-là que y na ka fiète le dannoodo, le dolo qui na pas pouléré-là poug ler.
Ti voye, si ti fiète le polontik, ti doive poug raspiecter le soizi de le zens. Epi quand cé coumça-là ti voye bin le alkaïda que y casse dans ta kagtier. Epi que cé coumça que ze va porfiter poug bin sigveillancer le zens. Si que ti laisse ta minitant y la pagti manzer à sé lotre pagti, wallaye ti doive poug conné que y la pegdi compilet poug toi.

Bonne sanse nous tous !