Journal du Jeudi N°1213 du 18 au 23 décembre 2014


ENCHION LE MAUVIAIS ZENS !
(à lire à haute voix)

Quand que Zida il latait dit à le palance de le dévolchion que maintinant, il yen plis rien que y va été comme avant, loui mième y natait pas conné au courant de ce que ça va été. Bourkinabè là y la divini comme ine pitit sèvre que on nè ouvertire son mizon matin.
GoamaY lè la sauter pagtout pagtout, pagti ichi poug vini solment. Ti voye non ? Moi Goama ze natait zamain penser dans mon ventre avant, que le gofnément y va nommer in kièlkin épi le zens y va lévé poug dite que ya pas moyen. Cè coumacé aviec le minichtre Sagnon-là, le gofnémént y lè accièpté poug le sanser. Auzougdoui cè dirièctair de Camiègue que le zens y sont dite que y na pas le voulé.
Mième si ça nogmal que le péple y lè droit poug donner son bousse parole, faut fait le tenchion kamième. Comme que ze paglé poug le pitit sèvre-là, zoustement, quand que y saute poug couri pagtout, faut tenchion poug que y va pas manzer le gombo le zens.
Ze voulé dire que ce na tout la temps que vous doive poug suivi ce que le zens y sont dimandé. Le péple-là, y la comme ine zenfant. Son zié y voit kilair mais son sang-là y la toro saud zouska, yen na le moment que y voulé poug sauffer le coin cado. Donc faut fléssi avant de le suiver.
Yen na le zens mième, si y lè conné poug pagler bon bon épi minanser le zens, si que ti est sarser mième fouame que loui-là, y lè pouvé poug monter le zens poug le soze coumça. Cé le zens que y na pas pouvé poug fiète ine bon soze mais y la toro capable poug gâter.. Moi za rappel dans mon tiète boucoup le soze que le zens y sont venté dans lèr tiète poug gâter le zotre. Si on nè pas dit que le fouame qui pièpare le bon douri so matin à le calfour-là y miète délo de cadavre dans son chauce, y va dite que cè viande de lôme que y vendre.
Donc tout la monde y na ka penser que à maintinant-là, faut tenchion aviec le parole de le zens. Sakin na ka se sigveillancer épi fiète son tarwaye. En coumça, si ti as bon, tout la monde y la conné. Si ti as mauviè oussi tout la monde y la conné.

Bonne sanse nous tous !