Journal du Jeudi N°1236 du 28 mai au 3 juin 2015


MON SER MARIAM!
(à lire à haute voix)

Walla ! Auzougdoui, moi Goama za dichider poug te crivé in liètre. Ze te kirve cha poug paglé toi de ce que yen na dans ma kèr virè virè. Le zenfant de maintinant y vont dite que ze va te pagler le gwè.
GoamaTi voye Mariam, yen na pas in kièlkin que y lè pouvé dit que le mal-mort de ton mari Thomas y nè pas gaté son kèr. Mième le zens qui na pas le aimé, le réakchionnaire que y lè dégasser, le bourgeois que y lè le sauffer, le impérialiche que y lè abat-là, Tous le zens-là y nè pas aimé ton mari. Mais sa mourement-là oussi, lèr na pas aimé cha oussi. Donké, à poug coumaçer, comme que ti a vini, si le zousse y lè dite toi que le cadafre que y la à Dagnoën-là c'est Thom Sank, faut que ti va vi aviec le fouamille épi vous va organiser le finérayes poug que on va pouvé vini poug vous salier nè toogo.
Apirès cha-là, ti va siyer ton lagme, épi ti va pagti poug tourver ton zenfant à le en Farance labas. Si ti est voulé poug vini raster à Bourkina, yen na pas aukine porbilem, C'es ta pays. Si ton zenfant y lè voulé vini poug raster, ou bin poug tougouner épi pagti, yen na pas aukine porbilem.
Mais Mariam ! Ze ta pervint ! Faut vi le polontichien coumcha épi la laisser. Si ti est voulé poug gagder ta respecte, faut pas milanser ton bousse dans le polontik. C'est lèr que y va te malmener poug soulever ta pagne poug mette ton honte deyors.
Ti voye ton mari-là y latait ine virè gagchon. Y latait vouli fiète le garand soze poug sa pays. Mais cé le polontichien que y la yougba poug la minanser. Cé polontichien que y lè coumacer poug dite que le guide de le dévolichion poug apirès pirende le miscoro poug dite que le apatride. Ti voye cha ?
Mariam ! Moi Goama en tout le cas, ze te dite mon verté. Vingt chet nans que ti poulère ton mari. Moi Goama za conné que ce na pas le fouachile, mais yen na le zens qui sont voulé poug te prendit poug faite le engrais polontik. Faut réfisser niet. Za dancor que ti est voulé on va fait le zoussement poug tourver épi pini le zens que y lè touyer ton mari. Mais apirès cha-là, Mariam, faut raster ton tarankil épi dimander bon Djé y va mète le binidikchon sig ton fouamille.

Bonne sanse nous tous !