Journal du Jeudi N°1191 du 17 au 23 juillet 2014


VIVE LIMAN ! ENBAS BIERZIL !
(à lire à haute voix)

Coupe di monde y la fini, Le liman y va pouvé poug mété in lautre itoile sig sa maillot épi ça va fété quatre. Mais comme que on farapé Bièrzil mal-là, moi Goama ze voulé mième que on pirend in itoile de Bièrzil poug mété à Liman. Acondé vièrment Bièrzil y lè mété nous le honte quoi ! Avant avant on sontait poug paglé de Zaïre que on nè bâti nèf à ziro poug rigoler.
GoamaEn ciète moument-la on sontait poug dit que ine sél demplaçant de Bièrzil y lè moyen poug zouyé loui sél à contre de douze zouyair de iquipe afircain. Walla auzougdoui, cè le mième iquipe-là que Liman y lè tapé Siète à in. Mième Italon-là, si que y pagte au labas y va pas prendi siète bii.
Quand que za paglé aviec mon zami Ablass pitit pion, y lè digolé fort mième épi y lè dégagdé moi poug me dit que iquipe afircain, ya pas son confiance. Que mième que quand que y lè moyen poug batti in garand iquipe, y va vendi le matsse-là. Cé la que y la me aspiliqué que Ghana épi Naguéria-là lèr sont vendi lèr matsse poug pirendé lagzent casse. A pitètre que Bièrzil y lè vendit matsse-là oussi.
Au pendant que zatait dicourassé au compilet poug coumencer lè silté, on nè dite moi que pitit Assamoua Djan-là y fiète ine akcident épi y la mouri. Ca cé kièl malhair-ça mième. Loui coomme que y la mourre-là, ze va enlivé sa nom épi ze va soulté tous le zôtre. Des sinapan bande de salpard coumça. Vous na mième pas inpé le boukindi quoi ! Avant avant, quand que on pagle que ganyen épi yorba-là cé faux-type, moi Goama ze nattais pas au dancor. Mais si qué Ablass pitit pion y lè dite moi cé virè quoi, wallaye ci pas bon.
Ine lôme que ta pays te envoyé poug zouyé à le nom de tout la monde, on sante hymne nahnal mième poug toi, si ti pi poug vendi matsse, ti moyen poug touyer ta papa.
Coumça-la, faux que on va les pirendi tous, zouyairs, tirainairs fidirachion aviec mième miniche de la espot-là poug pagti le fièrme pirson dix nans. Epi saque jour on va le sogti poug sikotter pisblikement. Quand le zôtre y va vi ça, yen na pas aukine kièlkin qui va voulé poug dicoumacer.
Bonne sanse nous tous !