Journal du Jeudi N°1273 du 11 au 17 février 2016


KOGLWEOGO, NIVO CHEDEYER
(à lire à haute voix)

Moi Goama ze tende que on pagle que yen dé zens, dans le vilasse, y sonte fiète le sochiasson poug le sikirité que on pèle Koglwéogo. Que cé le zens que y sasse le volair, le coupair di route, le birgand-là quoi. Yen na dé zens que y pagle que cha pas bon, le zotre que y dite que cé bon.
GoamaEn tout cas, moi Goama ze dite que cé toro bon mième ! Maintinant-là, si que ti dentre dans ine vilasse, cé le vilazois mième que y va te sirvayer poug toute ton manigance. Si que on va tourver que ti as ine mauviè lôme, ce sont lèr mième que y va quièter poug te tarpé épi te sauffer mal mal ti va dite tout ton diconnement aviec ton compiliche. Si que mième coumcha on nè pas te miète dans le pirzon, wallaye ti na pouvé plis poug dicoumencer.
Si mième que ti quitte ta vilasse poug pagti dans ine lotre, au labas oussi y va fiète le quiètement épi y va conné de ou que ti sogte, épi le acondé de pirkoi ti sont quitté labas.
Le zens y pagle que cé le chédéyer que y sonte reviendre. Epi quoi ? Asque le chédéyer-là, tout sontait mauviè ? En dépi que on dite que on pagle le dimoncarchie, le itat de douroite, le douroit de le nôme, tout cha-là, épi le bandit y la touzour nous fatiguer.
Avant avant, quand le pouliche ou bin le zerdarma y viendre pirende y birgand dans ine villasse, dé zour solment y reviendre épi y fiète son malin poug menti que se sontait le irair-là, cha-là cé fini ! Maintinant-là, cé nous mième que on fiète notre sikirité. Le pouliche de porochimité que le gofnément y pagle au dépi-là, voilà son yèrè mième.
En tout cas, moi Goama za toro au dancor aviec cha. Quand que au saque fois le zendarme y sogte poug dite que y dimande le coulaborachion aviec le popilachion, asque yen le coulaborachion plis que cha mième.
Maintinant-là, quand que ti gagne ta volair, yen na plis de diche diche que ti va pélé, on va te paglé que yen na pas le ichence, ou bin que on na pas conné où que ti pagle. Tout chuite en mième temps y la mié !

Bonne sanse nous tous !