Journal du Jeudi N°1302 du 1er au 6 septembre 2016


En forme

Clémence Doamba : Chef de Secteur de la Police civile de la Monusco-Uvira. Commissaire de police burkinabè, elle est en train faire un travail remarquable, depuis 2007, au sein de l'institution onusienne en République Démocratique du Congo, particulièrement dans la localité d'Uvira. Le jeudi 25 août dernier, dans le cadre de la protection des civils et conformément au mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco), la Police civile des Nations Unies de la Monusco-Uvira organisait une séance de sensibilisation du personnel féminin de la Police Nationale Congolaise, notamment pour redynamiser les activités  de protection des populations civiles et des personnes vulnérables. Une formation essentielle dans cette région meurtrie où la femme est souvent victime de violences et dans un pays où la police est souvent mise à l’index pour ses actes discutables. En pilotant cette séance, Clémence Doamba démontre que c'est la persévérance dans ses responsabilités qui lui a valu cette ascension comme première responsable de secteur de la police civile. Un motif de fierté pour l'ensemble de ses compatriotes.

En panne

Daouda Nabolé : gendarme brûleur de feu rouge. Suite à la déjà fameuse altercation entre lui et un policier, le 23 août dernier au carrefour de l’hôpital Yalgado, et même si les versions du syndicat “Union police nationale”, de la gendarmerie nationale et des témoins de la scène différent quelque peu –sur le fait que le feu ait été rouge ou sur le fait qu’il y ait eu gifle–, on  peut se demander quelle mouche a bien pu piquer ce gendarme pour qu'il se donne en spectacle, alors qu’il était en situation de simple usager de la route? Pour l’heure, le Directeur général de la police indique que l’incident a été “géré” et que des sanctions seraient en train d’être prises. Une notoriété dont Daouda Nabolé, a posteriori, se serait bien passé.