Journal du Jeudi N°1178 du 17 au 23 avril 2014


Logo Etranger

C'est un monde: Eboladémie !

C'est un monde

Eboladémie !

"Nous sommes heureux de dire que nous avons contrôlé la propagation de l’épidémie. Nous avons même réussi à guérir quelques-uns des malades atteints.» Ainsi s’est exprimé le ministre guinéen des Affaire étrangères, François Fall, lundi dernier à Pretoria, à l’issue d’une rencontre avec son homologue sud-africain, Maite Nkoana-Mashabane. Une déclaration qui sonne comme un cri de victoire: l’Eboladémie, pardon, «l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola, est sous contrôle"!
Incontestablement, cette épidémie est l’une des plus meurtrières depuis l’apparition du virus en 1976 au Zaïre, aujourd’hui République démocratique du Congo, puisqu’on aura enregistré, seulement en Guinée, 157 personnes contaminées et 101 décédées. Sans compter les cas suspects signalés dans les pays voisins: Sierra Leone, Liberia (où il y a eu 25 cas, dont 12 mortels), Mali. L’aide de la communauté internationale a contribué à la résorption de l’épidémie. «Nous avons bénéficié de l’aide de la communauté internationale. Du reste, c’est l’Afrique de l’Ouest qui fait face à ce fléau. Plusieurs pays ont ainsi élevé leur niveau de surveillance sanitaire pour prévenir toute contamination. Le Sénégal est même allé jusqu’à fermer ses frontières terrestres avec la Guinée. A noter que le virus de la fièvre Ebola, contre laquelle il n’existe pas de vaccin ou de traitement spécifique, «se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite d’homme à homme». Mais, selon l’ONG Médecins sans frontières (MSF), très active sur le terrain, «si les patients reçoivent un traitement pour les infections secondaires et sont bien réhydratés dans des structures de santé adéquates, leurs chances de survie augmentent».
En attendant, on se prémunit comme on peut, notamment à travers des restrictions alimentaires. Si le gouvernement a interdit la consommation de chauve-souris jusqu’à nouvel ordre en Guinée, le Liberia, lui, a banni toute consommation de viande de brousse. Tandis qu’en Côte d’Ivoire, frontalière de la Guinée, c’est l’agouti -gros rongeur de brousse- et d’autres viandes de brousse qui ont (officiellement) disparu des menus de plusieurs restaurants suite à des recommandations officielles.
Eboladémie sous contrôle? On verra ça...

Phil

Retour en haut de page