Journal du Jeudi N°1219 du 29 janvier au 5 février 2015


Logo Etranger

C'est un monde: Moi, Libby, évêque !

C'est un monde

Moi, Libby, évêque !

Vingt ans après l’arrivée des premières femmes prêtres au Royaume-Uni, l’Église anglicane d’Angleterre vient de sacrer sa première femme évêque. La cérémonie d’ordination, historique, a eu lieu lundi dernier dans la cathédrale de York. Désignée en décembre pour «inaugurer une nouvelle ère, après des siècles de prédominance masculine dans la hiérarchie cléricale», c’est la révérende Libby Lane, 48 ans, qui a eu le privilège de porter cette charge. Une première depuis la fondation de l’Eglise, en 1534.
Si l’ordination de Libby Lane, qui se heurte toutefois à l’opposition d’une frange conservatrice du clergé, constitue une première pour cette église, «d’autres Églises anglicanes, comme celles du Pays de Galles, des États-Unis, d’Australie, du Canada ou du Swaziland», autorisaient déjà l’ordination de femmes évêques. Cette ouverture était donc attendue «depuis longtemps par les modérés de l’Église d’Angleterre, souvent taxée de rétrograde». Aussi, par-delà un cri isolé martelant «Non, ce n’est pas dans la Bible!», attribué au conservateur Paul Williamson, Libby Lane a-t-elle été ordonnée évêque «au milieu d’un océan de voix approbatrices».
Ordonnée prêtre en 1994, le même jour que son mari George, celle qui était jusque-là vicaire dans le diocèse de Chester depuis 2007 exercera son ministère à Stockport, ville désindustrialisée du Grand-Manchester. Et c’est avec une grande émotion qu’elle a reçu les mots de l’archevêque de York: «Faites descendre le Saint-Esprit sur votre servante Libby pour l’office et le travail d’évêque dans votre Église.» Un travail que cette mère de deux enfants compte mener à bien pour susciter des vocations. «Si mon ordination encourage ne serait-ce qu’une petite fille à lever la tête et à réaliser qu’elle a des capacités et du potentiel, que son entourage n’a pas à lui dicter ce qui est possible, alors je serais vraiment honorée», a-t-elle indiqué.
En tout état de cause, l’exemple de la première femme évêque d’Angleterre, qui dit avoir été «encouragée par les milliers de messages reçus depuis l’annonce de sa nomination», pourrait bientôt faire boule de neige avec notamment «le renouvellement prévu cette année des évêques de Leicester, de Gloucester, d’Oxford et de Newcastle».

Phil (Avec Agences)

Retour en haut de page